Théières - Tous les styles et modèles

Le thé reste un produit courant très prisé et demeure une infusion qui nécessite un contenant particulier, la théière. Cet équipement se présente sous diverses formes et des matériaux sur le marché en fonction du type de fabrication.

Selon certaines sources, la première théière date de 1513 et a été conçu en Chine au nord de Shanghai. L’outil arrive en Europe au 18è siècle en valorisant l’utilisation de la céramique occidentale. Faisant partie intégrante de la civilisation chinoise, la théière devient un récipient sacré reflétant une expression artistique assez particulière. En France, l’utilisation de la théière a débuté lors du règne de Louis XIV. Le procédé d’infuser commence au XVIIè siècle lorsque les Anglais ont entamé la culture des plantes de thé en Inde. Sur un plan fonctionnel, il conserve la chaleur de l’eau et dévoile une résistance contre les chocs thermiques.

Le processus de création concerne majoritairement des manufactures importantes dans le secteur. La collection renferme des échantillons fabriqués avec une variété de matériaux en citant les théières :

- En fonte : la matière garde la chaleur plus longtemps que les autres de la liste. L’entretien exige une attention particulière puisque ce matériau reste facilement ciblé par la rouille. Sa capacité de conservation permet d’infuser les thés bleu-vert, noir et sombres, soit des thés oxydés.
- En terre cuite : appelé « théières à mémoire » et semblable à la fonte, celui-ci se différencie par sa porosité et aide à accélérer l’oxygénation.
- En porcelaine : affiche une efficacité moindre concernant la conservation de la chaleur, donc, convenant surtout aux thés fragiles tels que les verts, blanc et jaune.
- En verre : transparent, ces théières permettent d’observer l’évolution de l’infusion.
- En or/argent : offre un résultat meilleur en créant des bulles fines.